Me too : le tour de l’édition francophone

C’est apparu aujourd’hui. Médiapart nous révèle une enquête de 3 pages sur les agissements de Stéphane Marsan, directeur des éditions Bragelonne, spécialisé dans la Fantaisie.

Il s’agit d’un cas d’harcèlement au travail puisque selon les témoignages, Monsieur Marsan abuse de son statut de directeur d’une des maisons d’édition la plus reconnue dans le genre pour se permettre certains agissements.

Dedans, plusieurs femmes témoignent : elles se sentent mal-à-l’aise en la présence de Monsieur Marsan. Il a à plusieurs reprises eu des comportements et attitudes déplacés envers les professionnelles : main aux fesses, paroles graveleuses, caresses non -sollicités et si ça ne fonctionne pas : on passe directement au chantage, on s’énerve et on blackliste du milieu. 

Mais que faire quand sa carrière professionnelle est en jeu ?ll est, en effet, considéré comme une grosse pointure dans le milieu. Il a notamment co-fondé les éditions Mnémos en 1996 dans le but de promouvoir la littérature fantaisie francophone. Cette maison d’édition opère toujours aujourd’hui. Il a ensuite formé les éditions Bragelonne qui est aujourd’hui composé de SEPT labels différents tous de la littérature de l’imaginaire (qui n’a jamais entendu parler de Castelmore ou de Milady ?). En gros, si vous écrivez de l’imaginaire : publier votre livre chez Bragelonne ou même travailler pour Bragelonne serait une avancée incontestable dans votre profession ! Mais à quel prix ?

Comme un secret de polichinelle, les femmes se passent le mot , elles chuchotent « ne t’approches pas trop de Marsan etc ».

Nombreuses femmes qu’elles soient simples stagiaires, éditrices, bénévoles ou traductrice ont pu avoir un aperçu de son comportement. Y compris s par mail ou visuellement.

D’ailleurs , certaines mesures ont toutefois été prises notamment lors des Imaginales, quelques années en arrière. Marsan ayant l’habitude de prendre les mains des jeunes autrices qui présentaient leurs romans devant lui. La directrices des Imaginales a délibérément choisi de le placer à la première table des speed-datings pour surveiller ses agissements et garder un oeil sur lui.

On le dit séducteur, mais il s’agit plutôt ici d’agression à caractère sexuel, qui je le rappelle ; est puni par la loi. 

Pour l’instant Monsieur Marsan ne se défend pas et ne répond pas aux questions de Médiapart. Il a préféré fermer son compte Twitter et passer en privé son compte Facebook. 

Aujourd’hui cette histoire sort au jour complet et n’est plus un secret gardé en vase clos, mais qu’en sera-t-il des conséquences pour Marsan ?

Le milieu éditorial français, contrairement à ce qu’on pourrait penser n’est pas épargné surtout ceux qui travaillent dans l’imaginaire ou la jeunesse. On a une bonne image d’eux, un peu bon enfant mais ce n’est pas toujours le cas puisque parmi eux se cachent visiblement certains prédateurs. Le monde de l’édition n’est pas exclue du harcèlement au travail. Les violences sexistes ne sont épargnées dans aucun domaine. Il ne s’agit pas non plus de faits isolés. En 2020 au Québec, l’éditeur Michel Brûlé a été accusé d’être auteur d’agression sexuelle par sa victime. Le procès est toujours en cours à l’heure actuelle. Ayons bien conscience que ces cas de harcèlement et d’agression au travail de Bragelonne ne sont pas spécifiques à cette maison d’édition. On ne sait pas forcément ce qui se cache dans les autres.

Félicitons néanmoins toutes les femmes qui ont osé prendre la parole. L’omerta doit cesser.

Voici la version audio, elle est un peu plus complète et avec des témoignages:

Me Too – L'édition Francophone Grande Lectrice

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter l’article de Mediapart. C’est de lui dont je tire toutes mes sources.

Mise à jour le 22 avril : Monsieur Marsan a finalement pris la parole par le biais du journal Actualitté, affirmant qu’il n’hésiterait pas à attaquer qui de droit en justice pour diffamation

Sources:
L’article de Mediapart
– Selon le code criminel : Une agression sexuelle est un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, que vous avez subi, sans y donner votre consentement.
Les accusations sur Michel Brûlé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s